La 3e édition  de MoJoCon, la conférence du journalisme mobile, s’est tenue la semaine dernière en Irlande. Avec des innovations en nombre limité, cette édition a été marquée par la consolidation. Les pros de la vidéo et de la télé arrivent de plus en plus nombreux dans le monde de la vidéo où les outils (apps et accessoires) se professionnalisent. Un mouvement qui touche (presque) tous les pays du monde.

1 – « Vidéo mobile, le podcast » fait le point sur cette 3e édition de MoJoCon

Pour un tour d’horizon complet de cette 3e édition de MoJoCon, nous avons enregistré un podcast sur place avec Guillaume Kuster et Laurent Clause en compagnie de 3 invités:

2 – Le MoJo gagne du terrain chez les pros

La vidéo mobile est en passe de devenir un mode de production comme les autres chez un nombre croissant d’acteurs. La RTE (télévision publique irlandaise), la BBC, les chaînes publiques allemandes, les Canadiens de CBC, les Norvégiens de NRK, les Suédois de SVT mais aussi un nombre grandissant de chaînes locales.

Cette année aussi, les participants à MoJoCon venaient d’un nombre de pays grandissant avec de nouveaux participants venus d’Italie, de Croatie, de Colombie, d’Argentine, du Nigeria, d’Afrique du Sud, de Russie, d’Ukraine, d’Inde, du Pakistan, de Turquie, de Trinidad et Tobago et j’en oublie sans doute.

3 – Les amateurs aussi montent en puissance

Plusieurs réalisations d’amateurs ont été présentés lors de la conférence. Après une brève formation, ils ont été en mesure de produire des contenus qui ont généré un fort taux d’engagement sur les réseaux sociaux.

C’est le cas de l’association Help for Heroes qui vient en aide aux ancien combattants blessés.

C’est le cas également de l’ONG Queer media qui a lancé un festival et des formations pour permettre aux LGBT de filmer eux-mêmes leurs images et sortir des clichés, raccourcis ou absence de traitement dans les médias traditionnels.

4 – Le live concentre toutes les attentions

Au cours de cette édition 2017, le live est devenu standard. Il fait partie intégrante des capacités offertes par le smartphone connecté et des attentes des internautes sur les réseaux sociaux. Reste la question du comment faire. Et les solutions proposées foisonnent:

  • Switcher (seulement sur iOS) permet de créer une régie et de filmer en multicaméra avec 4 smartphones pourvu qu’ils soient connectés au même réseau wifi;
  • Dazzl est la solution proposée par un start-up française pour réaliser des live multicam sans la contrainte de devoir rester connecté au même réseau wifi;
  • LiveU est une solution déjà largement utilisée par les acteurs pro qui utilisent la vidéo live à partir de smartphones;
  • Teradek est une solution hardware qui permet de streamer de la vidéo venant par exemple de smartphones;
  • Mobile ViewPoint offre également des solutions matérielles plutôt destinées aux professionnels de télévision;

5 – La vidéo à 360° continue à se chercher

Présent pour MoJoCon, Insta360 propose maintenant une version pro qui filme en 8K (vraiment utile pour obtenir des images de bonne qualité en vidéo) pour la modique somme de 3 500,00 $. Les modèles plus accessibles en terme de prix se contentent de proposer de la 4K (bien pour la photo 360 mais un peu juste pour la vidéo).

Absents cette année, alors qu’ils disposaient du stand le plus important en 2016, les Coréens de Samsung n’ont pour autant pas renoncé, loin de là. Ils s’apprêtent à sortir la Gear 360 édition 2017 qui doit permettre de diffuser de la video 360 en live.

Toujours dans le domaine de la vidéo 360, l’app de montage Luma Fusion devrait prendre en charge le montage des vidéo à 360 dans les prochaines versions qui seront disponibles à partir de l’été prochain.

Dans le domaine de l’audio, Sennheiser annonce la sortie d’un micro « spatialisé » installé sur des écouteurs pour produire du son binaural idéal pour les vidéo à 360°.

Pour autant, MoJoCon 2017 a proposé peu de véritables exemples de réalisations probantes à base de vidéo à 360°. La technique progresse, éditorialement du chemin reste à faire.

6 – Apps de tournage et de montage: plus facile ou plus pro ?

Dans la logique d’une segmentation des usages entre professionnels pointus, amateurs éclairés et utilisateurs occasionnels, les applications de montage se spécialisent.

Filmic Pro (désormais disponible aussi sur Android) est l’application de référence des journalistes mobiles et ses concepteurs ont dévoilé lors de MoJoCon 2017 une nouvelle appli dont le nom de code est Argon (disponible seulement en version beta sur invitation). S’adressant aux moins experts des cameramen avec iPhone, cette appli propose une interface très simplifiée et efficace. Sa date de sortie et son mode de commercialisation (achat unique ou abonnement) ne sont pas encore connus.

Un aperçu de l’interface de « Argon », la nouvelle app de Filmic pro (encore en version beta)

Mavis maintient son rang d’application pointue réservée aux plus exigeants des cameramen qui souhaitent retrouver les réglages qu’offrent les caméras pro.

LumaFusion a confirmé son statut d’app préférée des pros depuis sa sortie fin 2016.

Kinemaster est la plus tout-terrain avec une version iOS qui est venue rejoindre l’historique version Android.

Reste les Français de City-producer. Avec leur solution tout-en-un (tournage + montage + diffusion), ils s’annoncent comme une solution véritablement disruptive et leur version beta est annoncée pour le mois de juin. En attendant, les démos qu’ils continuent de multiplier depuis les Rencontres francophones de la vidéo mobile laissent les professionnels bouche bée. Pour vous en donner une idée, Laurent Clause sur videonline a réalisé une vidéo démo.

7 – Des innovations éditoriales peu nombreuses

Si les innovations sont assez régulières dans le monde des apps ou des accessoires, elles sont plus rares cette année dans le domaine éditorial. On retiendra le développement des formats longs comme ce documentaire réalisé en 4K avec smartphone par une équipe de la RTE irlandaise.

8 – Snapchat, le nouveau média des plus jeunes ?

En Norvège comme en Allemagne, les chaînes de télé publiques ont décidé de se lancer sur Snapchat pour y proposer des programmes à destination des jeunes publics (les moins de 15 ans).

La série allemande Hochkant (vertical) couvre l’actualité pour les plus jeunes et notamment la présidentielle en France.

En Norvège, le programme Supernytt sur Snapchat s’adresse véritablement aux très jeunes.

9 – Quelques nouveautés dans le domaine des accessoires

Pour ce qui concerne les accessoires repérés à MoJoCon 2017, je vous renvoie aux notes d’épisode du podcast soigneusement éditées par Guillaume Kuster et qui reprennent l’ensemble des gadgets (ou pas) dénichés.

10 – Où sont les Français ?

Surprise, aucune chaîne de télévision française n’a fait le déplacement à MoJoCon. Le contexte électoral y est peut-être pour quelque chose, mais il est quand même surprenant de voir une présence massive de la BBC, des chaînes publiques de toute l’Europe du Nord, de chaînes belges, suisses, espagnoles et le désert français.

11 – La dernière de MoJoCon ?

La conférence, née en 2015, est organisée par la RTE (télévision nationale irlandaise) mais surtout imaginée, animée et portée par son responsable de l’innovation, Glen Mulcahy. En passe d’annoncer un plan de suppression d’emploi, la chaîne risque de se fixer d’autres priorités dans les mois qui viennent que d’organiser une telle conférence.

Etait-ce la dernière édition de MoJoCon ? Sans doute sous la forme actuelle. Au terme de l’édition 2017, Glen Mulcahy a toutefois laissé entendre qu’il pourrait poursuivre l’aventure sous d’autres couleurs si jamais sa chaîne en venait à renoncer officiellement.

12 – Et en France ?

Après le succès de la première édition des Rencontres francophones de la vidéo mobile en février dernier à Paris, nous travaillons à organiser la deuxième édition pour février 2018… Tenez-vous au courant via le compte Twitter @LaVideoMobile ou la page Facebook.