Dans le cadre de l’Atelier des médias, je viens de réaliser une interview de Ben Hammersley que je reposte ici en version intégrale. Ben Hammersley est sans doute celui qui a tenté l’expéreince la plus totale et radicale en matière de journalisme multimédia. C’était l’été dernier en Turquie. Je l’avais signalé à l’occasion.

Il revient sur cette expérience dans l’interview et il en tire les enseignements. Il n’est pas question pour lui d’ériger un quelconque dogme mais de livrer les fruits de son expérience. Il pense que le multimédia est possible (deux médias au maximum), mais dans certaines conditions seulement.

Ben Hammersley, pour finir de le présenter, est à la fois un grand reporter qui travaille sur des terrains difficiles (Afghanistan, Iran, Birmanie) mais aussi l’un des hommes qui ont popularisé le RSS (il a écrit le premier bouquin sur le sujet). Il a également monté la plateforme de blogs du Guardian. Dernier détail: Ben a 31 ans.

Bonjour, Ben Hammersley
Bonjour

Est-ce que vous pouvez vous présenter?
Je m’appelle Ben Hammersley. Je suis un journaliste multimédia. Je travaille principalement pour la BBC.

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre travail sur terrain et, par exemple, l’été dernier en Turquie?
Je me suis rendu en Turquie pendant deux semaines. J’ai silloné le pays juste avant les élections générales. C’était un gros sujet parce que la situation politique en Turquie est très importante pour l’Europe mais aussi pour le Proche-Orient. Et c’était assez compliqué en raison de la bataille entre l’islam et les valeurs occidentales à l’intérieur de la Turquie. C’est pour cela que cela nous intéressait beacoup de couvrir cette situation.

Je l’ai couvert pour la télévision (BBC World, la chaîne internationale de la BBC), pour la radio (BBC World Service ), pour le site web. En plus de tout cela, nous avons également réalisé des vidéos sur les coulisses du reportage que nous avons mises sur YouTube ; nous avons fait des photos que nous avons mises sur le site de partage Flickr; j’ai utilisé un site qui s’appelle del.icio.us pour partager le fruit de mes recherches et tout ce que j’avais lu sur le pays; j’ai utilisé Twitter (une sorte de micro-blog) pour raconter heure par heure l’avancement du reportage pendant deux semaines.

Nous avons utilisé tout cela pour faire le reportage mais aussi pour montrer comment le journaliste travaille. C’est à dire comment un journaliste international qui travaille pour la BBC arrive dans un endroit, comment il fait pour travailler sur son reportage, comment il entre en contact avec les gens, tout ce qui passe dans les coulisses d’un reportage. Je pense que c’est très intéressant pour les gens de voir comment les choses se font. Quand vous regardez un DVD, l’une des parties les plus appréciées, c’est le making of dans les coulisses du film. Et on voulait faire la même chose pour notre reportage en Turquie.

Qu’est-ce qui est en jeu dans ces coulisses du reportage, c’est une question de confiance entre le journaliste et son audience?
C’est un peu ça… une question de confiance. Les gens voient comment nous travaillons. Mais c’est aussi intéressant et amusant. Je pense qu’il a beaucoup de gens maintenant qui sont intéressés par le process, par la la manière dont les informations sont produites. Ce n’est pas seulement parce qu’ils veulent être sûrs que nous ne sommes pas de parti pris ou bien intoxiqués par le gouvernement, mais simplement parce que c’est intéressant. Les gens aiment voir ces choses-là.

Habituellement quand vous voyez un journaliste de télévision, nous avons l’air très à l’aise, très sûrs de nous sur l’écran. Nous avons l’air très professionnels quand nous faisons nos reportages pour la BBC ou pour n’importe quelle autre chaîne. Mais nous travaillons vraiment dur et nous transpirons, nous nous salissons, nous sentons mauvais, nous ne dormons pas beaucoup, nous courrons dans tous les sens en transportant des centaines de sacs et nous nous trouvons dans des régions du monde qui sont dangereuses. Et je crois que les gens aiment voir ce qui se passe derrière la caméra parce que ça aide à comprendre l’information. Si vous regardez la télévision américaine et spécialement CNN, quand ils font des reportages depuis des zones de guerre, tous leurs reporters ont des chemises blanches. Ils ont l’air très propres, comme s’ils venaient de sortir du Ritz. Mais ils ne sont pas vraiment comme ça.

Nous, on voulait montrer tous les problèmes qu’on rencontre. On voulait montrer ce qui se passe quand les choses tournent mal. On voulait montrer à quel point on était fatigués, à quel point on était sales. Montrer combien c’est difficile. Nous pensons que c’est important que les gens voient tous les aspects du reportage.

L’une des vidéos que nous avons réalisées parle de ce bagage que nous avons oublié à l’hotel alors que nous avions pris l’avion pour une autre ville. Et nous ne pouvions pas travailler sans le matériel qui se trouvait dans cette valise. C’était une grosse erreur et nous étions dans une situation difficile à cause de ça. Et nous avons montré comment ça s’est passé et tous les problèmes que cela a engendré. Et cela a créé beaucoup de confiance entre les gens qui ont regardé et nous, les journalistes. Les gens savent que s’il arrive quelque chose, un problème, nous allons le raconter qu’il s’agisse de ce qui se passe dans le pays ou bien de ce qui nous arrive à nous. C’est très important. C’est une relation de confiance entre le journaliste et le public.

Mais est-ce que c’est possible de faire tout cela en même temps? La photo, la vidéo, le blog, twitter, le reportage et les coulisses du reportage. Est-ce que c’est possible de travailler correctement en faissant tout ça?
Non (sourire)… Non. Pour être honnête, c’est la rasion pour laquelle nous l’avons fait. Nous voulions savoir si c’était possible de le faire. J’ai travaillé comme journaliste multimédia dans beaucoup de pays. Je suis allé en Afghanistan (3 fois), en Iran, en Birmanie où j’ai travaillé en produisant soit des textes et des photos, soit des reportages radio et des photos, soit des textes et de la radio. J’ai fait deux choses à la fois. Et deux médias en même temps, c’est possible. C’est dur, mais on peut le faire. Vous pouvez faire des photos et des textes, ou bien vous pouvez faire des photos et de la radio. Maintenant, quand vous voulez faire trois choses à la fois, et il y a des gens qui essaient de dire que c’est possible, il y a des gens qui disent « on envoie un journaliste avec une caméra légère, un équipement pour la radio et un ordinateur portable et il pourra tout faire« . Et nous voulions voir si c’était possible. Ca ne l’est pas. C’est trop de travail. Ce n’est pas que les gens ne soient pas capables de le faire. Il y a beaucoup de journalistes parfaitement compétents pour le faire. Mais vous n’avez pas le temps de la faire. Vous n’avez pas l’énergie pour le faire, en tout cas pas plus d’un jour ou deux. Pour un long reportage -dans notre cas c’était deux semaines-, ce serait impossible.

C’était important de le montrer parce que le débat dans les médias aujourd’hui est jusqu’à quel point peut-on être multimédia? En fait, tout ça revient finalement à se poser deux questions:Quel est le sujet? Quelle est la deadline? Si vous couvrez un sujet d’actualité brulante, il faut vraiment choisir un média ou deux. Par exemple, texte et radio; ou bien photo et texte. Si vous essayez de faire une troisième ou une quatrième chose, vous n’en aurez pas le temps. C’est très important de le montrer maintenant, parce que si vous envoyez des gens dans des endroits plus dangereux que la Turquie, alors ce sera dangereux pour eux de passer autant de temps à faire ces choses-là. Maintenant, si vous n’avez pas de deadline, si c’est un documentaire, alors vous pouvez tout faire. Si vous avez un mois pour le faire, vous pouvez. Mais si vous intervenez régulièrement en direct, c’est un très beau rêve, mais ça ne marche pas dans la réalité.

Quel a été le regard de vos collègue?
(rire) dans quel sens?

Dans le sens où vous avez essayé d’intervenir sur tous les médias en même temps?
Certains d’entre eux ont dit que nous étions fous. Certains ont dit que si nous y parvenions, nous n’aurions plus d’amis parce que ça voudrait dire que tout le monde devrait le faire. Les gens sont très nerveux sur cette question parce qu’il y a beaucoup de compétences à acquérir. Beaucoup de journalistes sont assez… je ne dirai pas vieux… mais beaucoup de journalistes sont concentrés sur le journalisme. Si ce sont des journalistes radio, ils sont concentrés sur le journalisme. Quand vous avez appris à faire de la radio, le reste de votre travail c’est de faire du reportage. Et là, ce qu’on demande à ces gens c’est d’acquérir beaucoup de nouvelles compétences. Et c’est très difficile, si vous êtes un journaliste expérimenté dont le premier travail est de faire du reportage [tell the story]. Ca va si vous êtes étudiant ou si vous essayez cela comme une expérience parce que vous n’avez pas à vous concentrer sur la manière de faire le reportage [tell the story]; vous pouvez vous concentrer sur l’utilisation des machines et la technologie. Quand vous êtes envoyé spécial ou spécialiste des questions politiques, vous avez vos deadlines, vous devez produire votre reportage et vous ne pouvez pas vous poser la question de savoir si vous avez correctement envoyé vos photos sur Flickr ou si vous utilisez Twitter correctement. Et vous ne pouvez pas vous demander si vous avez répondu aux commentaires du public sur les blogs. Ce n’est pas assez important. dans le laps de temps dont vous disposez.

Quand vous parlez à des journalistes expérimentés ou à des gens qui couvrent de gros événements d’actualité, c’est quelque chose qu’ils pourraient aimer faire mais ils n’en ont vraiment pas le temps. C’est ce que j’ai découvert en Turquie, mais également en Afghanistan. Tous les médias pour lesquels nous travaillons, qu’il s’agisse de journaux, de radios, de télévisions, ils ont leur priorité, la chose qui est la plus importante pour eux. Si vous vous trouvez quelque part et que cela commence à devenir difficile ou dangereux, ou si vous commencez à être fatigué ou à avoir faim, ou quoi que ce soit, alors vous arrêtez de faire les choses les moins importantes. Vous arrêtez d’envoyer vos photos sur Flickr, vous arrêtez de mettre à jour Twitter, vous cessez de bloguer et vous vous concentrez sur la chose la plus importante. C’est assez naturel.

Pour les journalistes les plus expérimentés, chaque journée est comme ça. Chaque jour est un jour important et vous ne pouvez pas jouer avec Twitter ou votre blog. L’autre raison c’est que l’audience n’est pas assez importante. sur Twitter pour que ça vaille la peine.

En utilisant les réseaux sociaux comme Twitter, est-ce que cela vous a permis d’obtenir de nouvelles choses dans le travail de reportage?
Nous avons eu un peu de retour. Beaucoup de Turcs qui ont suivi mon reportage et qui m’ont fait des suggestions. J’avais déjà eu cela au cours d’autres reportages, des gens qui disent par courrier électronique: est-ce que vous avez vu ça? allez donc à cet endroit ou allez rencontrer cette personne. Mais mon expérience est que cela ne marche vraiment que sur des sujets spécialisés ou sur des très petits sujets. Si vous parlez de la situation politique dans une ville particulière en France, alors vous pouvez avoir des gens dans cette ville qui savent des choses précises et qui vous donnent des informations. Si vous faites un reportage sur un sujet plus général, comme le président français par exemple, alors les choses que vous obtenez via les réseaux sociaux ne sont pas utiles du tout. En fait, au delà d’une certaine ampleur, la qualité des informations que vous obtenez devient mauvaise parce que les réponses des gens ne sont pas directement liées au sujet. Ca fonctionne très bien au niveau local.

Ce que vous dites, c’est que nous les journalistes, nous devons apprendre à utiliser correctement ces réseaux?
Oui. Mais vous devez aussi apprendre pour quels sujets ça marche et pour lesquels ils ne sont pas adaptés et ne pas penser que ces réseaux ou ces techniques fonctionnent pour tous les sujets. Sans doute, la plus importante leçon que j’ai apprise en 5 ans à faire ce genre de chose c’est que, dans certains cas, ça ne marche pas et qu’il ne faut pas perdre de temps ou d’énergie avec ça. En revanche, il a des sujets pour lesquels c’est parfait. Et vous devez apprendre à distinguer les sujets de ce point de vue.

Pour les sujets nationaux, pour les gros sujets d’actualité politique, ça ne marche pas très bien. Pour les sujets liés à l’actualité au Proche-Orient, c’est un désastre. Un désastre absolu. Parler du conflit israélo-palestinien sur les réseaux sociaux, c’est simplement créer des problèmes. Mais pour les sujets locaux, disons la bataille entre les supermarchés et les petits commerçants dans les petites villes ou bien la corruption d’un maire, en tout cas pour les sujets qui concernent une ville ou une agglomération, ça peut marcher très bien. Dans ce cas on peut obtenir une coopération fantastique entre le public et le journaliste. Mais plus le sujet a de l’ampleur, moins les réseaux sociaux sont utiles. C’est l’expérience que j’en ai.

Pensez-vous que la manière dont vous pratiquez le journalisme préfigure l’avenir du métier?
Je l’espère, sinon je suis dans le pétrin. Je dirais oui parce que je pense qu’il y a une génération de journalistes maintenant, les jeunes journalistes, pour qui c’est la manière de travailler évidente. Ce n’est pas le journalisme qui change, ce sont les journalistes et le journalisme changera avec eux. Aujourd’hui tous ceux qui commencent à faire du journalisme ont un blog. Si vous avez moins de 25 ans et que vous étudiez le journalisme, vous allez avoir un blog, vous allez être sur Facebook, vous êtes probablement sur Twitter, vous avez un téléphone dans votre poche donc vous avez toujours un appareil-photo avec vous, vous avez probablement un logiciel de montage vidéo sur votre ordinateur. Toutes ces choses, les étudiants en journalisme ont grandi avec.

Oui, je pense que le journalisme va changer. Mais il ne va pas changer à cause des patrons. Vous savez ces vieux types qui disent: « voilà ce que nous avons décidé à partir de maintenant que nous allions être multimédia« . Ce qui va se passer, c’est que tous ces jeunes, quand ils vont commencer à travailler, ils vont s’attendre à travailler multimédia parce que c’est ce qu’ils ont fait depuis l’age de 13 ans. Vous savez toute personne qui tient un blog et qui prend des photos pour son blog avec son téléphone portable est un journaliste multimédia. Ils ont 14 ans en ce moment, ceux qui font ça, mais dans 10 ans tout le monde sera un journaliste multimédia parce que c’est que font les enfants.

Si je vous suis, le journalisme n’est qu’une question de publication.
C’est assez difficile à expliquer… Je dirais que le journalisme est une question de publication en respectant des normes. C’est une publication avec une garantie de respect des normes et une garantie d’exactitude, de vérité et d’intégrité. C’est très difficile de le décrire mais j’aime la citation anglaise qui concerne la pornographie: « I can’t define it, but I know it when I see it » (Je ne peux pas la définir, mais je la reconnais quand je la vois). Je pense que c’est la même chose pour le journalisme. C’est très difficile de définir ce qu’est le journalisme mais vous le reconnaissez quand vous le voyez. Ce qui est journalistique et ce qui ne l’est pas est assez évident. Donc ce n’est pas seulement une question de publication, sinon chaque blog dans le monde ferait du journalisme et ce n’est pas vrai; mais tous les blogs du monde pourraient faire du journalisme s’ils le voulaient.

Merci Ben, quel sera votre prochain reportage?
Je pense partir au Soudan Mais avant cela, je suis en train de réaliser un documentaire radio à Londres pour la BBC à propos de Facebook et des réseaux sociaux. J’ai besoin de me reposer un peu.

The following two tabs change content below.
Fondateur de Samsa.fr, Philippe Couve est journaliste, consultant spécialiste des stratégies éditoriales pluri-média, formateur et expérimentateur sur le web depuis 1997. Philippe Couve accompagne les organisations dans leur mutation numérique. Il intervient en France, en Europe et en Afrique.

Recevoir nos articles par e-mail

Pour être informé/e automatiquement de toutes les nouvelles actualités et offres de formation et conseil de Samsa.fr

Votre abonnement est bien enregistré. Merci !