Avec 6 envoyés spéciaux déployés dans les rues de 5 villes de France, un studio-régie installé à Paris, et un équipement composé principalement d’iPod touch, d’iPad et de MacBook pro, il est possible d’assurer la couverture en live vidéo de la Fête de la Musique pendant 4 heures. A la demande de Spintank, Samsa.fr a assuré cette production le 21 juin 2017 sur la page Facebook officielle de la Fête de la Musique ouverte par le ministère de la Culture. Retour sur les coulisses d’une première « historique » qui a mêlé la créativité de Samsa.fr et les services combinés d’une jeune pousse française (Dazzl) et d’une start-up américaine (Switcher Studio).

6 reporters sur le terrain et une régie-studio qui fonctionne avec des iPod touch, des iPad et des MacBook pro.

[English version of this post]

Faire vivre un événement en live, quand cet événement se déroule dans les rues des villes de France, constitue un défi technique et logistique. Nous allons revenir ici sur la couverture en direct durant 4 heures de la Fête de la musique avec 6 envoyés spéciaux « mojo » (journalistes mobiles) déployés dans 5 villes de France et un studio installé au Tank, l’espace de coworking de l’agence Spintank qui a sollicité Samsa.fr pour assurer cette couverture pour la page Facebook officielle de la Fête de la Musique qui appartient au ministère de la Culture.

Le kit « mojo » des envoyés spéciaux, utilisé par Marianne Rigaux, en live depuis Montpellier.

Nos 6 envoyés spéciaux ont été équipés d’un kit composé de la manière suivante:

Les envoyés spéciaux en mojo : Julien Bouisset (Paris), Nadia Berg (Lille), Marion Ruaud (Bordeaux), Stéphane Rabut (Lyon), Mélody Locard (Paris), et l’animateur en studio Thomas Hercouet.

Chaque envoyé spécial disposait de l’application Dazzl sur son iPod touch. Le service de cette jeune pousse basée en Bretagne permet de connecter différents flux diffusés en direct à partir de smartphones (iPhone ou Android) et de les gérer dans une régie vidéo simplifiée pour décider lequel des flux est diffusé dans le live.

La régie Dazzl disponible en ligne en mode Saas.

Le nombre de flux live utilisables dépend de la bande passante disponible. Il faut compter au moins 2Mps par flux. Dans notre cas, la régie Dazzl était connectée en ethernet à une fibre. Le flux qui sort de la régie est ensuite affiché sur un player (installé sur un MacBook pro) sur lequel l’application Switcher Cast est installée de manière à permettre l’intégration dans la seconde régie: Switcher Studio qui est installée sur un iPad pro.

La régie finale Switcher studio gère plusieurs flux (nécessairement connectés au même réseau wifi):

  • le live issu de Dazzl
  • l’iPad qui filme l’animateur
  • le player vidéo installé sur le MacBook pro avec Switcher Cast

Cette régie finale peut également lancer des vidéo enregistrées à l’avance (PAD, pour prêt à diffuser) et l’habillage du flux final (logo, synthés de localisation ou de présentation des interlocuteurs). C’est depuis cet iPad que le flux live a été diffusé en wifi vers Facebook live.

Reste la question de l’audio. Il n’existe qu’un entrée audio sur Switcher studio (celle de la connexion jack de l’iPad). Nous avons donc dû déployer un réseau de câbles pour joindre toutes les sources audio et les connecter à une table de mixage avant de récupérer l’audio en sortie de la table via un adaptateur iRig pre pour le faire entrer dans l’iPad.

Le schéma ci-dessous détaille le dispositif.

Pour compléter le dispositif, chaque envoyé spécial était équipé d’un téléphone sur lequel un groupe Whatsapp permettait de caler les interventions des uns et des autres. Une coordination sportive, orchestrée de main de maître par Nadine Kouamouo. Mais prochainement, l’équipe Dazzl promet la mise à disposition d’un système intercom intégré pour les échanges entre la régie et les envoyés spéciaux.

Dans les conditions climatiques de cette fête de la musique 2017 (avec près de 40° de température au début de l’opération), nous avons été confrontés à la surchauffe du matériel (MacBook pro et table de mixage) qui ont provoqué une interruption temporaire du flux.

La saturation du réseau 4G due à la densité de la foule présente à la Fête de la musique a été l’autre difficulté technique de la soirée. Autre handicap pour les envoyés spéciaux : l’absence de retour son et de visibilité sur le live en cours. Ce qui ne les a pas empêchés de réaliser des « face caméra », des déambulations façon Rémy Buisine, des captations de concert, des interviews…

Au final, le dispositif déployé a démontré son efficacité et permis de faire vivre en direct la Fête de la Musique dans des conditions pourtant difficiles, notamment en raison du niveau sonore souvent très élevé, musique oblige. Le dispositif peut tout à fait être reproduit pour couvrir tout type d’événement: sportif, culturel, politique, commercial ou autre.