fbpx
Sélectionner une page
Parmi les participants à la conférence, Rémy Pflimlin, président de France Télévisions; Marie-Christine Saragosse, présidente de France24 et RFI; Mathieu Gallet, président de Radio France. (Photo: Sylvain Beletre, Balancing Act)

Parmi les participants à la conférence, Rémy Pflimlin, président de France Télévisions; Marie-Christine Saragosse, présidente de France24 et RFI; Mathieu Gallet, président de Radio France. (Photo: Sylvain Beletre, Balancing Act)

L’avenir des médias est au centre de débats, colloques et conférences depuis que le web est sorti des laboratoires du CERN à Genève dans la première moitié des années 1990. Mais comme plus on avance, plus l’avenir recule, la question reste d’actualité.

A Montréal, il y a quelques semaines, c’est l’avenir des médias francophones qui était questionné à l’occasion d’une conférence internationale organisée par l’Organisation internationale de la Francophonie.

Et dans le contexte francophone, la donne change quand le centre de gravité se déplace vers une Afrique plus jeune, plus dynamique, de mieux en mieux connectée via les téléphones mobiles. Une Afrique qui suscite les appétits des grandes entreprises du monde entier, et qui attise les convoitises dans le domaine des médias.

A l’occasion de cette conférence, Ziad Maalouf m’a interviewé pour l’Atelier des médias (un retour aux sources) ainsi d’autres acteurs et observateurs des reconfigurations en cours: