fbpx
Sélectionner une page

Je suis convaincu que l’information hyperlocale a de l’avenir et qu’elle est probablement l’une des pistes que les médias d’information doivent suivre pour s’adapter aux nouveaux usages du web.

Mais sur le front de l’hyperlocal, les nouvelles ne sont pas bonnes. Le Washington Post a décidé d’expérimenter sur ce terrain et le succès n’est pas au rendez-vous pour le moment comme nous le raconte le Wall Street Journal.

Retour sur une expérience que nous étions quelques uns à suivre avec intérêt.

Je résume l’article.

Le Washington Post a lancé dans un comté à 40 km de Washington un site d’info hyperlocale: LoudounExtra.com. Pour faire cela, le journal est allé débaucher l’un des journalistes-développeurs les plus doués de sa génération (37 ans), Rob Curley qui avait fait des « miracles » sur le web pour un journal de son Kansas natal ainsi qu’en Floride.

Objectif: traiter avec de gros moyens (relativement) sur le web l’actualité de ce comté de la banlieue de Washington qui compte 270 000 habitants.

Seulement voilà: la fréquentation n’a jamais décollé et les internautes potentiels ne se sont pas emarés du site pour y publier leurs contenus (compte-rendus de rencontres sportives, réunions de parents d’élèves, etc).

Pourquoi? L’article du Wall Street Journal pointe le fait que dans cette banlieue en pleine croissance, la notion d’appartenance à une même communauté n’est pas très développée ce qui ne facilite pas l’implantation d’un site communautaire.

Par ailleurs, Rob Curley reconnaît qu’il n’a pas passé assez de temps sur terrain et trop dans des discussions avec ses pairs sur la définition et les fonctions d’un site hyperlocal. Il pointe aussi le fait que très peu de passerelles ont été établies entre le site du Washington Post et celui de son petit cousin local.

Pour les analystes cités par l’article, le site manquait aussi « d’engagement » envers la communauté. [Sur cette notion d’engagement, on peut écouter Eric Scherer de l’AFP dans le bonus de l’émission 33 de l’Atelier des médias]

Enfin, Rob Curley explique que la fonction agrégateur du site qui devait proposer tout ce qui concerne le territoire en question et qui est publié sur YouTube ou autres plateformes de partage de vidéo/photo/etc. a été bloqué par les avocats.

Bilan: Rob Curley et son équipe partent tenter une nouvelle expérience dans un journal de Las Vegas quant au Washington Post, il ne tire pas un trait sur l’expérience et va la poursuivre.

[Cet article est également publié sur Media chroniques. Pour permettre une seule discussion, les commentaires sont fermés ici et ouverts là-bas]