fbpx

Avec la deuxième édition, actualisée et augmentée, de son livre « Rédactions en invention », Jean-Marie Charon brosse le paysage des transformations à l’oeuvre pour les journalistes et les médias. Sociologue, il travaille sur la question des médias depuis 1981. Il nous explique pourquoi il propose cette deuxième édition totalement revue, 18 mois après la première. Et ce qui change, aussi vite, pour les médias. 

    Si vous n’avez pas beaucoup de temps, on vous résume l’essentiel

    – le sociologue Jean-Marie Charon constate que les choses évoluent rapidement concernant le numérique dans les rédactions issues de la presse écrite
    – la coupure reste toutefois marquée en les journalistes « numériques » et les journalistes « traditionnels »
    – des formes d’innovation apparaissent dans l’accompagnement de la transformation numérique (dont les dispositifs proposés par Samsa.fr)
    – l’organisation spatiale des rédactions traduit souvent leur niveau d’appropriation des dynamiques numériques
    – la capacité à changer dépend fortement des moyens mobilisés par l’actionnaire
    – l’ouverture (à d’autres métiers et d’autres pratiques) est l’une des clefs de la transformation numérique des médias

    Bonjour Jean-Marie Charon. Pourquoi republier ce livre 18 mois après la première édition ? Les choses ont-elles changé si vite ?

    Trois choses motivent cette nouvelle édition, et il est probable que je continue à faire vivre ce livre à ce rythme. La première, c’est l’impression que le rythme des transformations est rapide. Peut-être que d’autres auraient le sentiment inverse. Le sentiment d’une rapidité ou d’une lenteur dépend du lieu où l’on va se situer.

    Dans certaines rédactions, ça ne bouge pas beaucoup. Est-ce que les distinctions entre imprimé et numérique changent vraiment ? Pas tant que cela. La notion d’intégration, l’idée qu’un journaliste du Monde aurait à produire un contenu sans se préoccuper du support, comme cela se passe dans certaines rédactions, à 20Minutes par exemple, n’est pas encore à l’ordre du jour.

    J’ai le sentiment, malgré tout que les choses évoluent. Quand j’ai écrit la première édition, je n’avais pas perçu nettement que des quotidiens iraient sur Snapchat. La Voix du Nord était alors très fière d’avoir créé Vozer sur Facebook pour aller chercher les ados. Aujourd’hui, on sait que si on veut aller chercher les jeunes, ce n’est pas sur Facebook. Je sentais intuitivement l’arrivée de la mutualisation, mais ce qu’a lancé la presse quotidienne régionale avec le journocamp sur la data, c’est quelque chose qui n’existait pas encore.

    Ce que fait Samsa.fr en accompagnant sur un an la hiérarchie de La Nouvelle République est nouveau, et je ne sais pas si il y avait des titres qui prenaient le problème à bras le corps de cette façon pour faire évoluer les pratiques, alors que c’est une question qui se pose depuis longtemps.

    Peut-être que ce n’est pas si rapide que cela pour quelqu’un qui le vit, mais vu de l’extérieur, lorsqu’on essaye d’identifier des mouvements, les changements sont flagrants.

    La deuxième motivation du livre, c’est qu’on échange pas énormément entre les rédactions. On ne sait pas forcément ce qui se passe dans la rédaction d’à côté. Il me semble important de mettre en commun des éléments de connaissance. Je n’ai pas accès aux secrets de fabrication, mais il y a au moins des éléments que je peux faire circuler. Certes, il y a des gens dans rédactions dont c’est le boulot de surveiller ce qui se fait ailleurs, mais ce n’est pas pour autant que l’information circule.

    La troisième idée, c’est de donner des éléments actuels sur ce qui se passe dans les rédactions à tous ceux qui observent les médias, qu’il s’agisse des citoyens, des actrices et des acteurs de l’éducation au médias, etc.

    Quelle est votre méthode de travail ?

    Je m’intéresse au secteur des médias depuis longtemps avec beaucoup d’interlocuteurs que je suis sur la durée : à partir du moment où j’identifie une évolution qui me parait intéressante dans ce que j’entends, j’y vais. Je rencontre des gens. Ce sont des méthodes d’interview traditionnelles, parfois d’observation, Certains sociologues ont des conceptions d’interview très structurées : ils posent toujours les mêmes questions, avec toujours le même dispositif. Ce n’est pas mon cas. Je fais des interviews en face à face, en prenant le temps. Je m’intéresse aux itinéraires des personnes, surtout si ce sont des innovateurs.

    Le deuxième dispositif, quand je le peux, c’est le groupe, c’est-à-dire rencontrer plusieurs personnes, qui ne se situent pas forcément de la même manière par rapport au problème de la transformation. J’ai procédé ainsi au Télégramme, par exemple.

    Le troisième dispositif est apparu à la suite de la première édition du livre : j’ai donné pas mal de conférences de ce type dans la presse quotidienne régionale cette année, parce que les demandes ont été assez fréquentes. Ce sont des moments d’échange lors desquels mes interlocuteurs soulignent des points faibles de mon argumentation ou apportent au contraire des éléments qui viennent la conforter.

    J’essaye toujours de croiser, dans la même entreprise, sur le même objet, des points de vue qui sont assez différents. Je rencontre des syndicalistes, des salariés dans des positions hiérarchiques diverses, et parfois des gens décalés par rapport au sujet, notamment lors des réunions ouvertes.

    Et, surtout, je vais sur place, systématiquement. C’est parfois très intéressant. Si j’entends parler de ce qui se passe à Nice-Matin, je me dis qu’il y a quelque chose d’assez bouillonnant, des gens qui font vraiment bouger la rédaction. Sur place, je me rends compte qu’il y a un espace ouvert, avec une vingtaine de personnes qui échangent beaucoup, mais après, on me fait passer dans un couloir et on me montre le reste de la rédaction. Et toutes les portes sont fermées…

    La façon dont les choses s’organisent spatialement a beaucoup d’importance ?

    C’est peut-être une intuition. Si on regarde la question de l’intégration des rédactions, la fin de la distinction entre l’imprimé et le numérique, la circulation des compétences, cela se traduit souvent par le fait de casser les cloisons. C’est peut-être aussi une déformation qui vient de mon histoire : avant de travailler sur les médias, je me suis intéressé à la sociologie urbaine. J’ai collaboré avec des architectes, j’ai été rattaché à l’Institut d’urbanisme de Paris pendant pas mal d’années. Je suis donc sensible à cette dimension.

    Et je me suis rendu compte, en discutant avec les journalistes « old school », que leur attachement à la notion de bureau renvoie à une symbolique assez forte : les questions de hiérarchie, d’autonomie. On s’imaginait plus autonome dans son bureau fermé.

    On a maintenant une conception où l’espace incite d’avantage à l’interrelation. J’étais cette semaine au Monde, où l’on parlait du nouvel immeuble puisqu’ils doivent commencer à déménager à la fin de l’année, et on me disait à quel point certains ressentaient un trouble, une inquiétude, par rapport à une rédaction complètement ouverte, dans laquelle les espaces entre services, entre types de fonctions, vont être gérées de manière totalement différente. Mais je pense que la direction du Monde a un fantasme : une fois que tout sera « à plat », au sens propre, on pourrait avancer un peu plus dans une organisation nouvelle. Je ne suis pas sûr qu’un changement de disposition des postes de travail change quelque chose. On s’aperçoit parfois au contraire que cela peut conduire à une crispation. Là, on verra…

      Est-ce que les médias changent assez vite ? Y a-t-il des raisons d’être optimiste ?

      J’ai le sentiment qu’un certain nombre de rédactions ont avancé. Peut-être parce qu’elles sont accompagnées par leur actionnariat, avec des résultats intéressants en terme d’abonnement, en réembauchant, en menant des expérimentations. J’ai croisé Charles-Henry Groult au Monde, où il est chef du service vidéo. Nous avons parlé de leur dernière expérience sur le tir de LBD. Il explique avoir fait autour de 500 000 vues, et que sa hiérarchie lui demande de tenir son audience et de continuer à expérimenter. Point à la ligne. La question n’est pas de savoir immédiatement comment ça se monétise, etc. C’est la même chose pour la structure qui travaille sur Snapchat. Il y a des pôles d’expérimentation, et c’est fastueux par rapport à bien des rédactions. Donc, optimiste, oui, de ce point de vue.

      Mais pessimiste, quand je vois les difficultés avec lesquelles un certain nombre de rédactions doivent composer. Quand je vois la rédaction de Paris-Normandie, ou celle de Nice-Matin, et si je compare avec ce qui se passe à Ouest-France ou à une autre échelle au Télégramme, je me dis qu’il y a des contextes qui sont vraiment compliqués, que ce soit en terme d’effectifs, de profils, ou d’attractivité. Il y a compétition entre les rédactions pour attirer les profils les plus intéressants… Je pense aussi à Libération, à L’Humanité : on a des titres aujourd’hui qui n’ont pas forcément l’actionnariat qui peut les accompagner, et qui n’ont pas les moyens qui leur permettrait d’avancer suffisamment, même s’ils en avaient l’envie.

      Dernier élément, sachant que l’imprimé reste une part importante du dispositif, à un certain moment, quand il y a un repli de la diffusion, donc un désintérêt du lectorat, il devient extrêmement difficile de ramener du public vers ce titre, vers ce qu’il représente. Et je ne suis pas sûr que le numérique soit capable d’enrayer ce phénomène, même avec la mobilisation d’une partie de la rédaction. On a pu observer cela lors de la disparition de France-Soir ou du Matin, par exemple. Quand les niveaux de décrochage sont trop importants, les tentatives de redressement éditoriaux n’ont plus vraiment d’effets.

      L’image d’une effervescence au niveau du numérique peut complètement masquer la réalité d’une coupure à l’intérieur d’une rédaction et le fait que toute une partie de la rédaction reste complètement indifférente à ce qui peut se passer au niveau de la cellule qui innove, qu’elle innove sur l’imprimé ou sur le numérique.

      Parmi les outils d’innovation à disposition des rédactions lesquels permettent aujourd’hui d’aller de l’avant ?

      Si je devais hiérarchiser, je dirais que le premier outil, pour une rédaction, c’est l’ouverture. Bien évidemment pour acquérir une certaine vision de ce qui se fait ailleurs, pour être capable d’aspirer un certain nombre d’idées, et d’identifier des outils qui permettent d’avancer plus vite. C’est aussi l’ouverture à des personnes, en attirant des profils ouverts à l’innovation. Certains l’ont fait, en les intégrant à l’entreprise, comme à La Montagne, ou en les gardant à leurs côtés, comme à Nice-Matin. Et puis l’ouverture aussi à des collectifs, des structures qui vont accompagner la démarche d’innovation. C’est ce que propose Samsa.fr, avec des équipes qui vont conseiller, coacher, etc. On n’en est plus à la vieille conception de la formation « écrire pour le web » à la chaîne.

      L’ouverture, ce sont aussi des rédactions qui s’appuient sur des équipes qui ont moins de lourdeurs en terme de méthodes de travail pour produire des choses ensemble. Je pense à ce que font Le Progrès et Ouest-France avec Press4Kids pour leur offre jeunesse. Mais peut-être que cela reste un peu à la limite sans insuffler dans les rédactions mais ces expériences sont intéressantes.

      Les start-up apportent bien sûr ce qu’elles savent faire, mais aussi leur propre ouverture sur ce que les autres font. Les incubateurs permettent d’avoir chez soi des start-up c’est collaborer ou au moins cohabiter avec des gens aux problématiques différentes qui vont, par leur manière d’aborder les problèmes faire passer des idées que l’on n’a pas en restant dans le bain de sa propre rédaction.

      Lire : Rédactions en invention, Jean-Marie Charon, uppr, 11,50€