fbpx

Les professionnels de la communication (en entreprise, dans les collectivités territoriales ou les institutions publiques, dans les associations/ONG, dans les établissements culturels et autres) sont soumis à l’injonction de s’emparer de la transformation numérique et d’innover. Pourquoi ? Il est indispensable de ne pas perdre de vue les raisons profondes de ces transformations.  Elles viennent bouleverser le quotidien des communicantes et des communicants depuis les assistants communication jusqu’aux directrices / directeurs de la communication en passant par les chefs de projet et les responsables communication.

Communiquer à l’ère digitale, c’est inclure dans sa réflexion et ses pratiques les bouleversements apportés par la fameuse « transformation numérique ». Information à grande vitesse, multiplication des sources, des formats, joujoux connectés toujours plus performants…

Je conçois et anime des formations qui tiennent compte de ces évolutions, comme « la boite à outils de la communication digitale ». Dire qu’en la matière l’innovation est permanente est un euphémisme ! Pour suivre le rythme, les professionnels doivent avoir du souffle. Et garder un œil sur ce qui bouge. 3 raisons pour s’en convaincre.

1. Comment le digital a redistribué les cartes

Avec le digital, le paysage de la communication et les règles du jeu ont changé. L’écosystème médiatique a vu ses frontières se déplacer, de nouveaux acteurs comme les influenceurs sont apparus.

Relations presse, publicité et événementiel doivent compter avec les réseaux sociaux, sites et applications mobiles, qui ont pris place dans le décor. Impossible de faire sans eux, la palette s’est agrandie et complexifiée. Le consommateur prend la parole, les marques deviennent des médias et le contenu est roi.

>> Comprendre ces bouleversements est important pour sortir du lot et diffuser son message avec efficacité.

2. L’utilisateur connecté est un mutant

Scotché à l’écran de son smartphone, consommant l’info via les réseaux sociaux et capable de faire une virée shopping en ligne au milieu de la nuit, le consommateur digital est pétri de nouvelles exigences. Pour capter son attention, submergée par l’infobésité et partisane du moindre effort, il faut lui concocter des contenus séduisants, originaux, informatifs et bien ficelés. Percutants et faciles à digérer. Un défi pour le communicant, sommé de devenir un pro du marketing de contenu, et soumis à ce haut niveau d’exigence, qui ne cesse de monter.

>> Pour rester dans la course, mieux vaut garder un œil sur les tendances de l’audience.

3. Bien communiquer exige un management éclairé

Dans les services de communication, le syndrome du « couteau suisse » est en plein épanouissement. Les compétences exigées pour communiquer avec performances à la clé s’additionnent : graphisme, référencement, UX writing, gestion de contenu, community management, veille informative et mesure de résultats, tournage vidéo et data visualisation…

La liste des savoir-faire à maîtriser s’allonge à vue d’œil ! Sans compter les outils à maîtriser pour gérer ces nouveautés, qui eux aussi se multiplient à l’envi.

>> Pour les managers et dirigeants, orchestrer une communication qui atteigne ses objectifs implique de savoir bâtir une stratégie, comprendre les nouveaux métiers, recruter et fidéliser les bons talents.

Pour approfondir le sujet, je vous invite à visiter mon site, et à découvrir le contenu de la formation « Boîte à outils de la communication digitale » que j’anime à Samsa.fr du 25 au 29 novembre 2019 à Paris.