Pour la 3e année consécutive, Paris accueille l’un des rendez-vous majeurs dédié aux professionnels qui produisent des vidéos avec leur smartphone. Médias, cinéma, communication, marketing, formation sont des domaines dans lesquels il devient indispensable de produire facilement et repidement des vidéos de qualité. Le 7 février 2019, les Rencontres francophones de la vidéo mobile feront le point sans langue de bois sur les véritables possibilités des smartphones pour produire des images de qualité.

Le patron d’Apple, Tim Cook, a profité de son passage à Paris pour rendre visite à Claude Lelouch. Un rendez-vous qui n’avait rien d’anodin puisque le réalisateur français a décidé de tourner son prochain film… avec un iPhone. Certains pourront être surpris, mais il s’agit sans doute d’une suite logique pour celui qui a su tirer profit de la réduction du poids des caméras dès le tournage d’ “Un homme et une femme”, en 1966. Lelouch n’avait alors pas hésité à se déplacer autour d’Anouk Aimé et de Jean-Louis Trintignant pour multiplier les plans caméra à l’épaule qui ont fait sa signature.

Un demi siècle plus tard, la caméra la plus légère du moment est sans doute le smartphone. L’Américain Steven Soderbergh en a déjà fait l’expérience en proposant son film Paranoïa (“Unsane” en version originale), tourné dans un délai record en utilisant trois iPhone 7. Son prochain projet, « High flying bird », a lui aussi été réalisé avec un smartphone.

Photo: Steven Soderbergh sur le tournage de « Paranoïa » (« Unsane » en VO) / Photo: Bleecker Street release.

Après Michel Gondry ou Sean Baker, les réalisateurs de longs métrages emboîtent le pas des auteurs de courts métrages, qui ont adopté depuis plusieurs années le smartphone, cette caméra peu coûteuse et facile à mettre en action. Le Mobile Film Festival* a été créé à Paris en 2005 par Bruno Smadja pour encourager la créativité sur des formats courts.

La télé aussi a adopté la caméra smartphone pour les news

Le monde du cinéma a décidé de s’approprier cette caméra haute définition que nous avons tous au fond de notre poche ou de notre sac. Les médias ne sont pas en reste. Derrière les pionniers suisses de Léman bleu, qui ont ouvert la voie il y a plus de deux ans, les Français de BFM Paris se sont mis à produire l’essentiel de leurs reportages avec un smartphone, montrant ainsi  l’exemple à de nombreuses chaînes de télévision locale en France, en Suisse ou en Belgique. Les chaînes nationales, comme RTL Belgique, s’apprêtent également à franchir le pas en confiant la formation de leurs équipes à Samsa.fr.

Le casse-tête des “stories”

Au delà de la production de vidéos comme à la télé ou au cinéma, le smartphone renouvelle également la grammaire de l’image en autorisant le tournage au format vertical (qui continue à diviser les professionnels de la vidéo) et en créant de nouveaux formats comme les “stories” initiées par Snapchat et reprises par Instagram, Facebook, WhatsApp etc. Des “stories” peuvent générer des audiences importantes mais elles sont devenues le casse-tête de nombreux producteurs de contenus qui s’interrogent sur la bonne manière de réaliser ces récits verticaux et éphémères. Elle changent en tout cas la donne comme l’explique en anglais Yusuf Omar dont la société Hashtag Our Stories vient d’accueillir Snap parmi ses actionnaires.

YouTube, Facebook: quelle plateforme choisir ?

Face à des audiences numériques de plus en plus fragmentées et dispersées sur des plateformes qui imposent chacune leurs propres contraintes, les producteurs de vidéo se trouvent confrontés à deux questions critiques:

  • quelle plateforme choisir si l’on n’a pas la possibilité de les alimenter toutes (voire si l’on doute de la pertinence de certaines d’entre elles, comme Facebook qui a largement menti sur la performance des vidéos sur sa plateforme pendant plusieurs années) ?
  • quel storytelling adopter pour que les vidéos atteignent leur audience ?

Remplacer un studio télé avec quelques smartphones

En matière de live, l’avenir est déjà là. Il est possible de remplacer un studio de télévision avec quelques smartphones et une application multicam pour diffuser en direct sur une plateforme comme Facebook ou YouTube. Si l’on y ajoute des stabilisateurs motorisés (“gimbal” en anglais) comme ceux proposés par DJI ou Zhiyun, il est même possible de réaliser des mouvements de caméra fluides et maîtrisés.

Déjouer les pièges des applications

L’avènement des smartphones comme caméras professionnelles pose la question des applications, du matériel et des accessoires dont il faut s’équiper pour produire de belles images et un bon son. Le sujet fait même l’objet d’un podcast. Et les pièges sont nombreux, comme ceux de ces applications d’entrée de gamme conçues uniquement pour le marché américain (elles filment à 30 images par seconde) qui peuvent provoquer un effet de scintillement (“flickering”) quand on filme en intérieur et en lumière artificielle en Europe.

Bientôt des micros sans fil spécialement conçus pour smartphone

Si la qualité de l’image fournie par les smartphones ne cesse d’augmenter au fil des sorties de nouveaux modèles, la question de l’audio demeure en revanche le parent pauvre. Impossible d’imaginer enregistrer une interview décente sans micro additionnel. Peu de solution complètement satisfaisante de ce point de vue, mais les choses sont en train de changer avec l’arrivée de micros sans fil spécialement pensés pour nos smartphones.

Des applications de montage plus performantes

Les réalisateurs de cinéma sont en train d’apporter la réponse définitive sur la question du tournage avec smartphone. Concernant le montage, en revanche, la balance penchait encore en faveur de l’ordinateur, mais les choses sont peut-être en passe de changer. Une application comme Luma Fusion propose la plupart des possibilités offertes par les logiciels pro. Et Adobe vient de lancer son application Adobe Premiere Rush qui s’intègre avec ses logiciels et permet de commencer le montage sur son mobile et de l’achever sur son ordinateur.

Dans le monde extrêmement évolutif de la vidéo produite avec smartphone, les nouveautés sont nombreuses, les débats animés et les échanges toujours passionnés. Retrouvez-nous le 7 février 2019 à Paris pour la 3e édition des Rencontres francophones de la vidéo mobile (conférence, masterclasses, ateliers pratiques, démonstrations de matériels et d’applications).

=> Inscrivez-vous pour la 3e édition des Rencontres francophones de la vidéo mobile (Paris, 7 février 2019)

 

* Partenaire des Rencontres francophones de la vidéo mobile depuis la première édition