fbpx

Du 9 au 14 octobre 2017, Samsa.fr a animé à Bangui une session de formation à destination d’une douzaine de journaliste centrafricains. Au menu: utilisation du smartphone comme outil de travail pour le journaliste.

La Centrafrique est sans doute l’un des pays où pratiquer le journalisme est aujourd’hui le plus difficile. Parce que la situation politique et sécuritaire est instable et menaçante. Parce que les conditions techniques (connexion notamment mais aussi alimentation électrique) rendent la vie compliquée.

Dans ce contexte, la légèreté, la mobilité et la discrétion que procure le smartphone constituent des atouts intéressants pour les journalistes. Question: est-il possible de mettre en oeuvre un journalisme mobile (avec smartphone) dans le contexte de la Centrafrique ? La réponse apportée lors de la mission menée par Samsa.fr à la demande de Cameco est largement positive.

Au cours de cette session de formation, les équipes de la cellule de communication de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) et quelques journalistes issus de médias locaux ont exploré les possibilités offertes par le smartphone comme alternative aux traditionnels enregistreurs, caméras et ordinateurs.

La Plateforme interconfessionnelle (catholiques, évangéliques, musulmans) pour la paix a pour objectif d’établir et de soutenir des infrastructures pour la paix au niveau national par l’intermédiaire du secrétariat national. Au niveau local, elle met en place plus de 20 comités communautaires pour la paix à Bangui et à l’extérieur de la capitale, dans les préfectures Haut-Mbomou, Mbomou, Haute-Kotto et Vakaga, afin de promouvoir le dialogue entre les communautés fracturées et les initiatives de réconciliation, ainsi que le dialogue avec les autorités. 

Parmi les questions abordées au cours de cet atelier :

  • Prise de son, montage et diffusion de contenus radiophoniques
  • Prise de photo, retouches et diffusion
  • Filmer, monter et partager du contenu vidéo sur le web et les réseaux sociaux

Le tout en utilisant exclusivement un smartphone.

Mobilité, polyvalence et professionnalisme à coût maîtrisé

Au-delà des économies possibles en termes d’investissements sur le matériel de travail, le smartphone présente l’avantage d’être plus discret et plus polyvalent. Dans le contexte centrafricain, cela facilite la mobilité des journalistes qui peuvent produire du contenu multimédia à l’aide d’un matériel léger et transportable un peu partout. Autre avantage, la possibilité d’éditer et de diffuser le travail ainsi produit directement depuis le terminal mobile, ce qui affranchit de l’obligation de recourir à un ordinateur.

Les journalistes qui ont participé à cet atelier peuvent désormais se rendre en reportage, produire une interview vidéo, la monter dans la foulée et la diffuser sur le compte Youtube et sur la page Facebook de leur média, le tout depuis leur smartphone.